Landerneau

Voici un poème composé pour une balade poétique avec des élèves du lycée de l’Elorn à Landerneau et lu sur le petit parking qui l’avait inspiré.

mercidevotrecomprehensionSur ce petit parking il y a six panneaux comme celui-ci. C’est pratique : un par strophe.

Landerneau n’est pas Deauville
Sachez que c’est une ville
Où l’on marche sans façon

Merci de votre compréhension

Un chat dort à la fenêtre
Il a le cœur gros de n’être
Pas blotti dans son chausson

Merci de votre compréhension

Et la vierge dans sa niche
Se sent comme une potiche
Au pignon de la maison

Merci de votre compréhension

Au ciel passe un gros nuage
C’est qu’on y fait le ménage
Une éponge est au plafond

Merci de votre compréhension

Au sol dorment les voitures
Rangés en sages figures
Leur parking est en béton

Merci de votre compréhension

Landerneau n’est pas Deauville
Sachez que c’est une ville
Où l’on marche sans façon

Merci de votre compréhension

Ce contenu a été publié dans Balades poétiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *