Papillon

papillon

Jadis en ma chrysalide
L’univers me semblait vide
Maintenant je bats des ailes
Aussi bien que l’hirondelle
Car je suis le papillon
Féroce et gai comme un lion

Publié dans Entrelacs | Laisser un commentaire

Cléoplâtre

 

platre1

platre2

platre3

platre4

platre5

Avec mon bras dans le plâtre
Qui me fait l’air égyptien
Je ressemble à Cléopâtre
Sur le mur d’un temple ancien

En attendant qu’on l’enlève
Je vais toujours de profil
Comme elle allait sur la grève
Ou sur les berges du Nil

Et c’est moi qu’on idolâtre
En raison de ce maintien
Avec mon bras dans le plâtre
Qui me fait l’air égyptien

—–

Demain, Adélaïde et moi nous improvisons des poèmes à la demande au Relecq-Kerhuon, à la fête de la fraternité, de 18 à 21h.
Les comédiennes de la compagnie « La Pointe du Jour » (qui ne sont pas des bras cassés) susurreront quant à elles des textes poétiques ou drôlatiques et termineront l’après-midi par une criée de poèmes.
Il y a aussi plein d’autres trucs, le programme est  ici.

Fete de la fraternite

Publié dans Divers, Poèmes objets | Laisser un commentaire

Breloque

pendentif petale 1

pendentif petale 2

Je fus caillou :
La mer étale
M’a fait pétale
Pour votre cou

Publié dans pendentifs | Laisser un commentaire

J’peux jouer ?

Publié dans P'tits films | Laisser un commentaire

Morgane la sirène

Morgane la sirène

Morgane 2

Morgane 3

Morgane 4

Morgane 5

Sur le motif extérieur :

Morgane la sirène écume en vain les flots,
Pour le plus grand malheur des hommes qu’elle enchante.
On entend des marins qui poussent des sanglots,
Car son charme est plus grand que celui de l’infante.

Les habitants du bourg dorment dans des lits clos ;
Au dehors le vent souffle et la mer se lamente :
Morgane la sirène écume en vain les flots,
Malheur à celui-là perdu dans la tourmente.

Au terme des hivers les beaux jours sont éclos,
Mais c’est un air trompeur que le printemps nous chante :
Morgane la sirène écume en vain les flots,
Pour le plus grand malheur des hommes qu’elle enchante.

Sur le motif intérieur :

Il pousse un beau verger sur l’île d’Avalon,
Où séjourne, pensif, le sage roi Gradlon.

Publié dans Entrelacs | Laisser un commentaire

Au jardin

poete public jardin Academie

Cet après-midi encore, je suis au jardin de l’Académie de 15h à 18h, dans l’espace dédié au label ville d’art et d’histoire, pour improviser des poèmes à la demande sur les thèmes de votre choix …
C’est gratuit !
Si je ne me suis pas totalement rongé les ongles à force de chercher des idées, le week-end sera considéré par la municipalité comme décevant. Raison de plus pour venir me soumettre vos sujets tout à l’heure.

Publié dans Divers, Poète public | Laisser un commentaire

Landau

Landau 1

Landau 2

Landau 3

En vieux tacot
Qui tousse et cale
Je brinquebale
Quelque marmot

Qu’un jour bientôt
Fera cigale
Ou bien pétale
Au fil de l’eau

Qui prétend que l’inspiration ne vous transporte pas jusqu’au bout du monde ?  Ce poème sur des roulettes remplit une double fonction et n’est rien d’autre qu’un véhicule écologique pour Adélaïde, ma fidèle machine à écrire, et mon stand tout entier de poète public.

Landau 4

Landau 5

Landau 6

En partant des alentours de Morlaix, où je me trouve, je devrais pouvoir gagner Brest d’ici vendredi, pour officier dans les jardins de l’Académie de Marine. L’hypothèse qu’il pleuve en route est invraisemblable.

Dans l’espace dédié au label ville d’art et d’histoire de la ville de Brest, outre Adélaïde et moi, on trouve beaucoup de choses très utiles : une tricyclette sérigraphie, des siestes à marée haute, un atelier fanzine ou un jeu de cartes intitulé « Brest mêm' » (entre autres).

Vendredi, samedi et dimanche prochain.

Publié dans Divers, Poèmes objets | Laisser un commentaire

Framboise

Un vers sur une ardoise

Publié dans Divers | Laisser un commentaire

Carosse

SONY DSC

Pendant longtemps, sans amertume,
J’ai tourné rond sur le bitume

SONY DSC

Comme un boxeur au coin du ring
J’attends le gong sur un parking

SONY DSC

Ah ! Tourner sur un tourne-disque !
Sous un vélo grimper l’Aubisque !

J’aime avant tout la marche à pied
Ne roulant que quand il me sied

C’est toujours moi que l’on écroue
Cercle figé cinquième roue

Publié dans Poèmes objets | Laisser un commentaire

Promenade

promenade2

Promenade est un dessin à la craie sur ardoise. Il s’agit d’une œuvre tardive de ma période schisteuse, qui représente un bonhomme avec un chapeau qui marche en plein soleil. J’ai toujours été séduit, en tant qu’artiste, par la météo. Autant par le beau temps que par le mauvais temps. Ici, le soleil représente le beau temps et c’est l’ardoise elle-même qui symbolise le mauvais temps.  Il s’agit en effet d’une ardoise que j’ai enlevé du toit de mon hangar il y a deux ans, et depuis, chaque fois qu’il pleut, ma table à outils est inondée, ce qui confère à Promenade un sens plus profond et plus désespéré qu’il n’y paraît.

Quand on regarde le dessin, on se dit tout de suite que le chapeau n’était pas indispensable. Il me suffisait que le bonhomme soit en marche pour embrasser pleinement mon sujet. Mais j’ai toujours eu une prédilection pour les chapeaux, et, pendant longtemps, je n’ai pu empêcher ma verve naturelle de s’exprimer. Ce n’est qu’après de longues années de méditation zen que j’ai su corriger ces élans lyriques pour toucher à la sobriété.

Avant tout, ce dessin est le fruit d’une réflexion philosophique. L’air de rien, il soumet au spectateur une problématique essentielle, cruciale, à laquelle aucun esprit un tant soit peu critique ne saurait faire l’économie de réfléchir : l’art est-il une question de technique ? A l’époque où j’ai dessiné Promenade, j’en étais personnellement déjà arrivé à la conclusion que ça m’arrangerait que non.

Promenade est un travail préparatoire pour un dessin de beaucoup plus grande ampleur, intitulé Randonnée, qui n’a cependant jamais été exécuté parce que le projet impliquait d’ôter dix-huit ardoises du toit de mon hangar et  qu’il est quelquefois préférable de savoir s’en tenir à  l’esquisse.

Publié dans Divers | Laisser un commentaire