Un poème dans son assiette

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

On forge des barreaux en tissant une fibre :
Une cage en osier abritait un pinson ;
Nous parcourons le monde où tout pousse à foison,
J’y garde mon assiette et je perds l’équilibre.

Une cage en osier abritait un pinson :
A siffler sur sa branche on peut se croire libre ;
J’y garde mon assiette et je perds l’équilibre,
Un souvenir de juin me fait une chanson.

A siffler sur sa branche on peut se croire libre,
On regarde le ciel, on connaît sa prison.
Un souvenir de juin me fait une chanson
Et je l’entends en moi qui me transporte et vibre.

Ce contenu a été publié dans Poèmes objets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *