Epouvante à Coat Mevel

L’Iliade et L’Odyssée sont des épopées tout ce qu’il y a de réglementaires, et je mets au défi n’importe quel amateur du genre de ne pas y trouver son content de guerriers farouches, d’épouses qu’on enlève ou de rebondissements spectaculaires. Mais nous sommes au XXIème siècle, que diable, et ce vieux bougre d’Homère ne connaissait pas les dernières nouvelles en matière de Darwinisme ou de bicyclette. Il était temps que quelqu’un forgeât dans un matériau contemporain une épopée tout aussi pertinente que ces vieilles choses grecques. Le doigt du destin se demandait depuis quelque temps sur quel auteur pointer son ongle fatal afin de le charger de la besogne. Évidemment, c’est sur moi que c’est tombé.

Le résultat est un feuilleton en 12 épisodes, significativement intitulé Épouvante à Coat Mevel, dont il sera vigoureusement donné lecture – du premier épisode en tout cas – dans Play it again Sam sur Fréquence Mutine, entre 17h30 et 18h30, cette après-midi même.

On y représentera la petite enfance de Georges Le Bihan, Achille des temps modernes, en s’attardant sur une scène particulière – à mon avis, les philosophes et les psychiatres n’ont pas fini de la commenter – qu’il vécut quand il avait six ans.

Ce contenu a été publié dans Epouvante à Coat Mevel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *