Dix plus unième

Avec déjà dix batteules au compteur, les poètes Hervé Eléouet et Arnaud Le Gouëfflec sont contusionnés mais contents, et ils ne rêvent que d’une chose : remettre ça. Ils s’affronteront donc à nouveau dans un match sans merci, à coups d’alexandrins ou d’octosyllabes, autour d’un thème sulfureux et interdit, qui commence par Reli et se termine par Gion.

Ce contenu a été publié dans batteules. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *