Tant épluche

Tu m’en as filé des gnons
J’ai l’œil qui coule et qui pique
Mais v’là l’cuistot qui rapplique
Ta p’tit’gueul’ c’est ses oignons

Ce contenu a été publié dans Poèmes objets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *