Tant épluche

Tu m’en as filé des gnons
J’ai l’œil qui coule et qui pique
Mais v’là l’cuistot qui rapplique
Ta p’tit’gueul’ c’est ses oignons

Ce contenu a été publié dans Poèmes objets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.