Pantalonnades

Quatre poèmes sur pantalon, suspendu à l’occasion du lancement des poétickets au lavoir de la rue St Malo en février dernier.

Une muse tantôt qui me tenait la jambe
A voulu qu’impromptu je composasse un iambe

*

Celui que j’habillais n’était pas un fantoche
Il conservait toujours trois euros dans sa poche

*

On vit sans y penser on meurt en pantalon
Ni le genre en smoking ni parfait Apollon

*

Le dimanche au bistrot je loge un animal
Qui se sent sale et beau dans un ancien futal

Ce contenu a été publié dans Poèmes objets. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *